La véritable Église, celle des victimes

La véritable Église, celle des victimes

Frères et Soeurs,

La mise en lumière de crimes commis au sein de l’Église ces soixante-dix dernières années nous a jetés dans la sidération et la honte. La tentation de déserter est vive ! Comment expliquer que de telles abominations aient pu se produire au sein d’une « famille » à qui nous devons tant et que nous aimons ? Comment réagir pour que l’œuvre de la vérité et de la justice soit encouragée au mieux ? Comment manifester une compassion active et prévenir le mal absolu ?

À vrai dire, si l’on ne veut pas céder, précisément, à la vision cléricale de l’Église, il nous semble plus juste de parler d’« Église des victimes » que de « victimes de l’Église » ! L’Église du Seigneur n’est-elle pas infiniment plus présente dans la passion des innocents que dans la perversion d’indignes serviteurs ? Dans l’humiliation essuyée par les nombreux laïcs et consacrés désormais associés, aux yeux du monde, au pire ? Dans le service humble, fidèle et réellement accompli par tant de disciples de Jésus ?

L’heure est donc à la prière et à l’action, pour la consolation et le relèvement des victimes directes et indirectes. Abandonner les siens au temps de la désolation reviendrait à ajouter du mal au mal ! L’Histoire le prouve : les réformateurs les plus efficaces ne sont pas ceux qui ont pris le large, mais ceux qui se sont attachés plus fermement à l’Église pour en expurger le mal. La réforme la plus féconde est assurément celle de la sainteté.

Demeurons humblement fiers du bien qui se fait dans la proximité et dont nous sommes, au quotidien, les témoins heureux. Soutenons notre paroisse par la fidélité, la générosité et le renouvellement d’une confiance éclairée. Plus d’une centaine d’enfants sont accueillis chaque année au patronage paroissial qui rayonne dans notre quartier ; de nombreux bénévoles prennent en charge les plus pauvres (« Hiver Solidaire », « Chevaliers de Colomb ») pendant que la vie de prière et de culte, la formation à la Parole de Dieu et la communication de la vie divine par les sacrements restent pleinement assurées. Plus que jamais, posons un geste de foi – ou du moins d’encouragement – à l’égard de l’Église que Dieu veut et que nous voulons avec Lui ! C’est la meilleure façon de nous départir d’une « Église » dont Dieu ne veut pas. À ce titre, réjouissons-nous de la purification à laquelle ces abominables découvertes obligent. Espérons-la exemplaire.

Avec tous les bénévoles de notre communauté, fidèles laïcs du Christ, nous vous adressons un appel à soutenir plus que jamais la communauté de notre quartier pour qu’elle puisse continuer à célébrer le « Dieu de toute consolation » (2 Co 1, 3) et de demeurer une « maison sûre » pour tous. Un grand merci à tous ceux qui ont déjà participé au soutien annuel et vital du Denier ou qui le feront dans les prochains jours.

 

Avec notre dévouement,
dans le Cœur de Jésus,

Abbé Simon Chouanard
et les membres des conseils pastoral et économique,
Bruno, Claudie, Florian, Hervé & Camille, Isabelle, Johanne,
Marie-Dominique, Nathalie et Olivier.

 

 

Montant collecté au mardi 12 octobre : 46 889 €
(contre 48 516,61€ en 2020 soit – 3%)

Nombre de donateurs au 12/10/21 : 142
(contre 158 en 2021 soit – 10%)

COMMENT DONNER ?

par CB sur le site
cœur-eucharistique.net

par CB sur la borne dans l’église :
ouverte tous les jours de 8h à 20h

par chèque
à l’ordre de : Cœur Eucharistique – ADP

en espèces à l’accueil
Ouvert tous les jours de 17h à 19h et
du mardi au vendredi de 11h à 12h30

Cette année La déduction fiscale est portée de 66 % à 75 % dans la limite de 554 € pour les dons effectués entre le 2 juin et le 31 décembre 2021.

 

Défiler vers le haut