édito

Chers Amis,

 

Voilà huit mois que notre grand orgue s’est tu ! Le voilà confiné (autant dire emprisonné) dans le silence, bâillonné (autant dire humilié) pour le plus injuste des motifs : les misères du grand âge… Il faut dire qu’il ne s’est guère ménagé, ne refusant jamais ses services pourvu que la musique soit au rendez-vous et que Dieu soit béni par son chant. Le voilà au tapis, mais pas au placard ! Car il suffirait d’une cure de jouvence pour repartir bon pied bon œil !

La divine providence nous a provisoirement doté d’un petit instrument de chœur fort appréciable, qui nous aura eu le mérite de nous dépanner et de nous permettre de préparer les traitements adéquats. C’est chose faite. Notre grand ami est prêt à subir une opération qui non seulement le remettra d’aplomb mais lui donnera de recouvrer des jeux jusqu’ici ignorés.

Peut-il compter sur ses fidèles auditeurs et chanteurs associés ? La prise en charge de ces soins à domicile n’est pas couverte par la Sécurité Sociale… mais par le Denier – déductible d’impôts. Nous comptons donc sur vous pour l’augmenter de façon sensible cette année ou pour ajouter un nouveau virement pour cette réparation. Ceci en vue de connaître une rentrée en musique, digne du « chant nouveau » que le Seigneur nous prie d’entonner pour notre plus grande joie et d’abord la Sienne.

Merci d’avance pour votre généreuse contribution, ad multos annos !

 

votre curé
Abbé Simon

 

 

Orgue de facture Pels fabriqué à Alkman (Pays– Bas) en 1947, il a été installé au Cœur eucharistique de Jésus en 2007 par Gerard Pels , petit-fils du facteur d’orgues.

Les travaux menés comprennent la réparation des contacts claviers, pédalier et crescendo ainsi que le remplacement de la transmission électronique, le réglage, l’harmonie et l’accord de l’instrument pour un montant total de 38400€.

 

 

Défiler vers le haut