Dernier appel (#urgent)

Dernier appel (#urgent)

Cette semaine, une infirmière avec qui nous avons travaillé l’année dernière pour accueillir les personnes sans domicile à la paroisse durant l’hiver m’a appelé pour me demander si nous étions prêts à recevoir un Afghan, et un Ethiopien, à la rue depuis des mois. Quelle tristesse de ne pouvoir répondre positivement ! J’ai déjà adressé cet appel il y a un mois : en étant suffisamment nombreux à nous engager à préparer des repas et à rester quelques nuits en binôme nous pourrions vraiment aider quelques-uns de ces prochains que nous croisons tous les jours…

Certes, en comparaison des milliers de personnes qui passeront des nuits glaciales à l’extérieur, c’est peu. Mais ce n’est pas rien. Les nombreux paroissiens de l’Église catholique qui assument l’opération « Hiver Solidaire » dans nos communautés parisiennes accomplissent une œuvre de charité qui ne fera sans doute pas la une des journaux – et c’est tant mieux – mais ébauche réellement le Royaume des Cieux. Je remercie tous ceux qui se sont déjà inscrits, mais nous ne sommes pas en nombre suffisant. Faute de bénévoles suffisamment nombreux, notre paroisse devra renoncer à s’engager dans l’opération « Hiver Solidaire » cette année.
Je lance donc un dernier appel ! Il reste une semaine pour réunir :

·      40 personnes qui s’engagent à préparer 3 fois un dîner pour 4 personnes entre le 1er décembre et le 1er mars
·      40 personnes qui s’engagent à venir dormir 3 fois, en binôme, accueillir les deux accueillis dans nos locaux, tout étant prévu pour cela

Il vous suffit d’envoyer votre nom à Pierre-Adrien (coordinateur) et Isabelle (assistante) au 07 66 04 64 39 ou hiversolidaire@coeur-eucharistique.net à qui vous pouvez également demander des précisions si besoin.

Vous pouvez également en parler autour de vous à des personnes de confiance, il n’est pas nécessaire d’appartenir à la communauté pour participer à ce service ! Il suffit de vouloir mettre en œuvre la Parole de Dieu : « Celui qui n’aime pas son frère, qu’il voit, s’avère incapable d’aimer Dieu, qu’il ne voit pas ». 1 Jean 4, 20.

Votre serviteur,
Abbé Simon

Défiler vers le haut