« Restez éveillés et priez en tout temps : ainsi vous aurez la force d’échapper à tout ce qui doit arriver, et de vous tenir debout devant le Fils de l’homme » (Lc 21, 36) : cette parole clôt l’évangile de ce dimanche… et ouvre la nouvelle Année chrétienne.

Quatre semaines pour tout remettre en ordre et retrouver « l’esprit de veille », posture chrétienne par excellence ! Au milieu des bouleversements dramatiques et des distractions sympathiques, nous voulons permettre à nos cœurs de rester fermement établis dans Celui de Jésus, remplis de Compassion, de Paix et de Joie, brûlants de zèle pour le Royaume !

À la différence de la prière des anges, celle des hommes ne saurait se passer de repères concrets et la tradition chrétienne est merveilleusement inventive : calendrier de l’Avent, bougie graduée de l’Avent, étoile de Noël, préparation de la crèche et de l’Arbre de Vie : mille repères légués par le christianisme que notre créativité peut assumer pour aménager un « décorum » qui voudrait favoriser l’embellissement de notre âme. À ces dispositions s’ajoutent, pour notre communauté, des rendez-vous comme autant d’heures de veille : les quatre « vêpres à la bougie », la nuit d’adoration eucharistique et la soirée du Pardon.

Mais comment trouver le temps pour toutes ces bonnes choses ? En le donnant à Dieu et aux autres ! Au nom du Seigneur, je veux remercier ceux qui donnent de leur temps : ils partagent ce qui est leur est le plus précieux et qui ne relève jamais au superflu. Si les paroisses n’étaient animées que par ceux qui ont du temps à donner… elles seraient mortes et enterrées depuis longtemps. Tous ceux qui donnent de leur temps au Cœur n’ont pas de temps à donner : ils décident simplement de prendre, comme la veuve du Temple, sur « ce qu’ils ont pour vivre ».

L’avarice du temps se justifie souvent par l’idée que « les autres ont du temps » et qu’on en aura peut-être un jour (avant la Parousie ?). En réalité, le Seigneur risque de revenir, pour nous-même ou pour achever l’Histoire, sans que nous ayons « eu le temps », autrement dit…. « pris le temps », d’offrir notre vie, avec les meilleures justifications du monde. Puisse le temps de l’Avent nous replacer devant le mystère du don du Temps qui n’est rien d’autre que celui de l’Amour

Votre serviteur en ce temps,

Simon Chouanard